Archives quotidiennes : 27 juin 2022

TALON D’ ACHILLE

La lenteur, c’est mon talon d’Achille ..Achille étant le nom de mon stylo…

Ça fait au moins 5 ans  que l’on sait que l’innomable macron est le pire cataclysme qui se soit abattu sur la France depuis  la Peste Noire de 1350 ….et il est encore là, plus que jamais Calligula et plus que jamais indestructible….y a longtemps qu’il aurait dû être copieusement rossé et mis en fuite au bout d’un fusil comme un garenne …

Ça fait au moins 2 ans qu’on nous torture à petit feu  avec des conneries d’école maternelle de vax, de pass et de menaces……y a longtemps que les dépôts de fioles auraient dû sauter en l’air et une colo de diafoirus immondes être tirés comme des sangliers dans la rue …

Ça fait 4 mois qu’on se fout de notre gueule avec l’ UKR de toutes les abjections et un Zélenskython 24 H / 24…. 4 mois qu’on nous enfume comme des blaireaux avec des élections bidon et la lie des « représentants », cloportes gras parmi les vermines gavées de putréfactions….au moins 2 ans que les studios de BFMerde  auraient dû sauter en l’air aussi avec tout ce qu’il y a dedans, y compris les 3, 4 putasses ukrainiennes payées à la passe ..

Ça fait des mois et des années que la France ressemble à la volière du Jardin des Plantes…jacasse, jacassse..et perd pied dans les sables mouvants de l’ UE, des US et de l’ OTAN ….

….sans que jamais, jamais, aucun  » comité de SALUT  PUBLIC  » ne sorte les fusils, les tracteurs, les rouleaux compresseurs, les cocktails, les barres de fer et les fourches pour nettoyer ces écuries d’ Augias …

 Et moi, devant ce grand trou béant, palpitant et agonisant je n’ai plus rien à dire…..

…que  :

« Je sens en moi gronder un animal

Qui m’habite et que je connais

Le poil tout hérissé, les yeux lançant des flammes

Sauvage, inapprochable et indompté

Je sens en moi gronder comme un orage

Au creux de mon strenum s’accumuler de menaçants nuages

Noirs, puissants, odieux

Envahir peu à peu mon âme, gagner mes poings et puis mes yeux

Je sens, autour de moi, crépiter une grêle

Furieuse, qui décape tout sans pitié,

Ruisselle et déracine et lave 

Et ne laisse que pousses nouvelles – nées

Je voudrais être un océan démonté

Qui giffle des falaises, happe des continents entiers

Et emporte très loin, dans le creux de ses vagues

Des torrents de damnés

Je voudrais être un Jugement Dernier 

Présentement, je voudrais seulement

avoir le magnifique, l’enviable pouvoir

 d’ oublier 

En un mot, j’ai besoin de prendre de la hauteur…. d’ aller …à Yeurs …voir si j’y suis encore ..