Archives quotidiennes : 23 mai 2011

Un peu d’air pur …


Qu ‘on me pardonne …..mais, pour rien au monde , je n ‘ aurais pu manquer mon rendez – vous annuel avec les lucioles, le très silencieux et mystérieux congrès  de la fin Mai de ces druidesses dans la nuit du maquis..ni le parfum des romarins fraichement coupés melé de menthe , de lavande et d’aneth…ni les feux d’ artifice de la grand fete de l’ été …les fusées d’ églantines et de rosiers, les pluies de géraniums, les gerbes bleues des jacarandes , les batteries orangées des dattiers, les pétards rouge sang des calystées….ni les rampes  de lumignons tremblottants en bord  de mer étale, les valses lentes des « lampare « entre le ciel et l’ eau…les crépitements blancs des chèvrefeuilles et des jasmins  ni les premiers glouglous des cailles dans les foins …

…ma Saint Jean avant la Saint Jean , la fete  très paienne  de mes collines et ses orgies d’ odeurs et  ses débauches  d’ herbes et ses raisins naissants et ses rigoles fécondant  une terre lézardée  comme un sperme une pute baisée , et ses trétaux   nimbés de moucherons et de vermines vrombissants autour des pourritures et des  fumiers ….

… et ni, bien sur , en contrebas de mon nid d’ aigle ,oui , là où clignotent les lumières des hommes ,   sa Madone de platre rigide , luisante ,  peinturlurée, cahotant sur des tapis de branches de  bougainvilliers, brinqueballante  de billets de banque et de colliers …ils sont venus , les Mages et les bergers , guidés par la comète inexplicable  de mes lucioles , le maire , le médecin , le curé , les rats et les souris , les scorpions  et les tarentules du patelin de Hamelin , feter le début des ripailles , chanter la gloire de l’ été  derrière un simulacre de Cybèle et  le miracle tout à fait prétendu d’ un   fruit  bien évident de ses entrailles …..

…cette année …mais rien que pour moi ,avant l’ heure ,  dans la chaleur puante  d’une étable ,il est né …il est né le divin ….

…. anon  …

…trop chou , trop parfait , de velours noir   , en pattes vertigineuses , avec ces yeux immenses, trop doux ,trop soumis ,  amoureux, de celui qui ,certainement  plus tot que plus  tard, sera , sans doute ,  torturé …

…crucifié  au nom de la Loi …

…..des rats ….

…des araignées , des scorpions , des vipères ,   qui s’ entredévorent et s’entremelent  et s’entretuent, là  bas , sous chacune de ces minuscules lumières ,  en contrebas de ma tanière  …