Archives quotidiennes : 16 mars 2010

PARFOIS,

….j’ai l’impression fugace d’etre un de ces oiseaux , petits, qui reviennent, personne n’a jamais su pourquoi,  miraculeusement , aux premiers beaux jours, sur ces étangs magiques qui les virent naitre…..aux abords de ces marécages paisibles, labirynthiques et merveilleux où le soleil allume , de place en place, ses brasiers et où , au creux de fouillis de cannis et d’herbes hautes , pullule un peuple fébrile de grenouilles et de libellules et d’éphémères et de couleuvres….où quelques grands échassiers élégants  un peu snobs plongeaient lentement et prudemment leurs pattes et où retentissaient , de temps à autres , quelques tintamarres eccitants , enfantins de disputes ..

…un  de ces oiseaux, petit ,ingénu , enteté,  revenu là se percher sur un roseau flexible, attendant , un peu gonflé, ébourriffé, qu’arrive  de très loin la colonie …s’abattre dans une joyeuse pagaille tout à l’entour…et puis voler , et puis s’aimer et puis chiper dans un vacarme de bruits d’ailes et de retrouvailles ..

Pourtant , il savait bien , l’ oiseau, personne ne sait pourquoi , qu’il ne fallait pas revenir, que quelque chose , en son absence ,au sein de cet Everglad ,  s’était passé..sans que cela , pourtant , se voie …

Tout était là , immuable et parfait, immense, plein de cachettes ombreuses et d’espaces ennivrants …des mangroves splendides , meme , avaient poussé, comme autant de palais des fables où ils vécurent heureux….il vit meme  certains oiseaux , pas de sa race ,voler encore de branche en branche , mais comme inquiets , se tenant en hauteur …entamer des forums animés, en colonies , sur le meme arbre , comme ces hirondelles qui prennent des accords avant le grand départ …

Plus bas, sous les feuilles moites et les mousses et parmi les racines et les fougères et les colchiques , le brouhaha rampant et affairé avait cessé …et , pourtant , la vipère n’était plus revenue ..

Et puis , tout d’un coups , l’oiseau le vit …..

…émerger , dans un tonnerre de remous , d’un coup de reins puissant et fulminant, comme un monstre du Ness, l’alligator ! …la gueule béante , happant  n’importe quoi qui fut sur son passage…oiseau, grenouille ou herbe ou échassier…entrainer tout sous l’eau pour son repas de roi ..

Sur OB, des mangroves magiques ont poussé sur la barre des outils , éblouissants , irrésistibles miroirs aux alouettes ….mais , au clic  » publier « , un placard gigantesque , grand comme tout l’écran , te saute à la figure  et…. reste !..  » Partager sur Facebook  » … » Partager sur Twitter  » .. »Partager par e – mail » … » Importer des contacts depuis G mail, Hot mail , MSN ou Yahoo « …

L’alligator , d’un appétit inextinguible est , désormais , le Seigneur de l’étang …..

PS : isssseque vous voyez mes minous penchés à la fenetre ou bien la spiroulette OB ???