Archives quotidiennes : 15 mars 2010

LITTERATURE………….




…me dit -on………?????….!!!!!!!

My God !!!!!!….mais….cet endroit n’est – il pas un outrage à ce seul mot   » Littérature  » ……tout comme l’était , sans doute , l’autre tannière d’ Alphabeta, ni mieux ni pire, ni plus intellectuel , My God ….assouvi, chaque jour , aux caprices et aux humeurs , non pas d’une critique , bien pire , du simple HASARD….

Littérature , My God !!!..quel sens pourrait donc bien avoir ce mot à l’agonie  en  ce monde de tchats , de Yahoo, de Google ou de Facebook, horriblement trainé et balloté vers des chaos indicibles broyeurs d’ordures par les surfeurs de blogs, contraint  à racoler comme une prostituée, assouvi à des looks apparences puériles à chialer, à des logos , des avatars malicieux, autant de trolls oisifs, insolents et farceurs….comme si d’implacables diablotins invisibles se penchaient sur la nuque de l’écrivain , le reprenant , perpétuellement en pleine création , toutes les deux pages et lui fauchaient le fil de l’inspiration sous le pied …..à des bannières pitoyables, étendards de stades du MOI, du JE , du MON, autant de mots que la littérature exècre …ou, pire encore , à la nécessité de plaire à tout prix, recherche essoufflée, compulsive , acharnée , de la formule plus adaptée, plus fédérante , plus référencière , plus populaire, plus moyenne , plus équilibrée,de façon à , forcément , ne pas se tromper …

…. »moyen  » … » équilibré  » les deux grands ennenis vainqueurs de la Littérature qui n’a de valeur et de futur que dans l’originalité , le courage , et donc l’excès et la folie …

Littérature , My God !…quand le seul fait d’écrire ici plutot qu’ailleurs , sur un fond blanc plutot que vert  , de n’avoir pas d’image ou bien des coms en bleu putot qu’en rouge , sème déconcert et déroute  bien plus que tout le texte qui puisse y etre écrit …

Littérature, My God !…un mot qui , dès les premiers pas d’Alphabeta, qu’il soit ici plutot qu’ailleurs, fit immédiatement appel à son erzats, comme le café à la chicorée, laissant volontiers amples pouvoirs à la dérision cynique, au langage confidentiel et journalier, à une errance perpétuelle  , le nez au vent , sans connaitre la météo ..

Littérature, My God!… un mot qui n’est pas  » nouvelles  » ou  » essais » ni  » articles « ni « salon de thé  » flottant sur des océans  comme des fétus paumés, un mot  banni de cette volière  grouillante , frénétique et cancannière , qui , au contraire , a besoin de grands espaces , de silence  et de liberté qu’on ne peut trouver que chez la SOLITUDE …

Littérature, My God !… un mot qui ne viendra jamais  ériger ses Alhambra , ses Taj Mahal ,chez Alphabeta…mais seulement planter les tentes provisoires , légères et dérisoires du cirque de – périphérie – pour –  badauds –  de –  faubourgs- qu’en – n’ont – jamais – assez – pour – leur – argent , de l’ironie et du sarcame …